Des sciences citoyennes en biotechnologies

, par Géraldine Carayol

Dans le cadre d’une collaboration avec le CRI, centre de recherches interdisciplinaires, des enseignants de biotechnologies-biochimie-biologie et de SVT ont travaillé autour des sciences citoyennes avec leurs élèves de 2de.

  • mesure de la présence de microalgues dans l’environnement et établissement d’une cartographie collaborative, ouverte à tous
  • culture de Kombucha à la maison pour réaliser des matériaux en classe
  • utilisation de microalgues encapsulées pour dépolluer de l’eau.

Le développement des sciences citoyennes répond au besoin d’ouverture, de décloisonnement des sciences qui ne sont plus réservées à quelques experts. Ouvertes aux citoyens, elles les conduisent à échanger et réfléchir de façon collaborative. Les avancées sont générées par l’intelligence collective.

Ce collaboration s’inscrit dans le cadre du projet européen DITOs. Elle a concerné :

  • 8 enseignants (5 de biotechnologies-biochimie et 3 de SVT)
  • dans 5 établissements :
    • lycée de la Vallée de Chevreuse de Gif sur Yvette,
    • lycée Marie Curie de Versailles,
    • lycée Léopold Sédar Senghor de Magnanville,
    • lycée Jean Jaures de Chatenay,
    • lycée Jean Baptiste Poquelin de Saint Germain en Laye
  • près de 100 élèves de 2de, en enseignement d’exploration de biotechnologies ou en SVT

7 membres du CRI (chargée de projet, étudiants de master ou de doctorat) sont intervenus auprès des élèves dans le cadre d’une co-animation avec les enseignants de biotechnologlogies-biochimie-biologie ou de SVT pour

  • animer un brainstorming sur les sciences citoyennes
  • encadrer les manipulations
  • accompagner les élèves à interpréter les résultats et animer un brainstorming pour exploiter les résultats

Cette collaboration fut une très belle expérience, pour les enseignants comme pour les élèves.
Les élèves ont bien mesurer ce que sont les biotechnologies et leur place dans la société. Ils ont découvert le concept de sciences citoyennes et se sont penchés sur les questions qu’il peut poser du point de vue des manipulations que l’on souhaite effectuer. Les élèves ont apprécié les échanges avec des intervenants extérieurs, souvent de nationalité différente et introduisant l’anglais dans leur propos. Ils étaient fiers de présenter leur projet à autrui, notamment dans le cadre du projet sur le Kombucha, où le fait de ramener le produit biologique chez eux responsabilisait les élèves et nécessitait à la fois qu’ils aient fait une analyse des risques préalable et qu’ils développent un argumentaire pour expliquer, à la maison, ce qu’ils souhaitaient faire dans le cadre de ce projet.
Les enseignants ont travaillé en co-animation avec des étudiants-chercheurs et les nombreux échanges en marge des séances étaient extrêmement riches et stimulants.

Les élèves du lycée Marie Curie ont rédigé un journal en ligne pour présenter les manipulations qu’ils ont effectuées ainsi que ce que sont les sciences citoyennes. Ils ont également réfléchi sur la possibilité de faire réaliser la manipulation par des citoyens non experts, hors du laboratoire.

P.-S.

Merci à

  • Imane pour la coordination du projet au CRI,
  • Juanma pour la mise au point des manipulations et de la matière d’oeuvre
  • Ilena, Alicia, Léna, Nina, Ké pour leurs interventions lors des brainstorming ou des manipulations

Partager

Imprimer cette page (impression du contenu de la page)